Bienvenue
Monday 22 January 2018
Accueil Astro Beauté Business Cuisine Détente Love&Sex Maison Maman Mode

pratique
Testez votre boss
Euro
Lexique boursier
Calculateur de budget
argent
Réduire ses impôts
Le couple et l'argent
L'argent en voyage
Gérer son budget
Solidarité familiale
Démarrer en bourse
L'épargne féminine
Acheter son appart
Les banques en ligne
Négocier son découvert
travailler
Travailler au vert
Vivre de son art
Un job de rêve
Le télétravail
Travailler en couple
Créer son entreprise
job
Bien vivre au bureau
Ma patronne et moi
Gym au bureau
Zen au boulot
Enfants et travail
Téléphone et emploi
Réussir son entretien
La vie du bon coté
droits
Signez votre contrat
Harcèlement moral
Négocier son salaire
Harcèlement sexuel

  (1/2)

 
"Beaucoup de gens se servent très mal de l’autorisation de découvert bancaire. Ils réalisent rarement que cet accord s’accompagne d’intérêts débiteurs importants", explique un chargé de clientèle à la Bred. Eh oui, le découvert n’est pas un dû, c’est un crédit. "Sa particularité : il n’est pas amortissable, c’est-à-dire que la durée de son remboursement n’est pas définie préalablement." D’où la prise de risque, affirment les banques, les taux d’intérêts élevés et cette réalité : "l’autorisation de découvert fait partie des opérations qui rapportent le plus aux banques".
 
A chaque centime débiteur s’applique tout d’abord le taux de base bancaire, sorte de consensus établi entre les banques, qui s’élève environ à 7% ; ensuite, la marge pratiquée par chaque établissement, qui varie de 2 à 8%. "Les intérêts sont prélevés trimestriellement et, sauf condition spéciale de la banque, le compte peut rester débiteur pendant un an. Aujourd’hui, la plupart des établissements demandent toutefois aux clients que leurs comptes soient créditeurs au moins un jour dans le mois."
 
 
venezdecouvrir
Un CV parfait
Conserver ses papiers
Négocier son découvert
Les packages bancaires
utile
Calculez votre budget

NewsFam | Tous droits réservés 2003