Bienvenue
Thursday 15 November 2018
Accueil Astro Beauté Business Cuisine Détente Love&Sex Maison Maman Mode

pratique
Combi-couple
Quel mec êtes-vous ?
Profil sexo-psycho
Planète amoureuse
Amour extrême
Testez-vous
nouvelerotique
Le gynécologue
Hailé, mon officier
Toutes les nouvelles
fantasme
Fantasmes de mecs
Sadomasochisme
Amours bizarres
Epilation intégrale
Fétichisme
Lingerie SM
Lieux insolites
lovestory
Votre couple idéal
Amours de vacances
Des femmes qui s'aiment
La polygamie
Le langage des mecs
Les couples mixtes
sexemodemploi
Le sexe tantrique
Tout sur le point G
World sex
Les rêves érotiques
Bibliothèque érotique
Gadgets érotiques

Naissance d’une légende

“Il était une fois un gynécologue américain, raconte le sexologue Jacques Waynberg, très écouté dans les années 50 pour ses recherches en matière de contraception, qui s’appelait Ernst Grafenberg, et qui écrivit 12 lignes sur l’anatomie du vagin. Il suggéra d’accorder plus d’attention à une zone de sa paroi, située en avant, à 5 centimètres environ de l’entrée, à hauteur du col de la vessie. Chez de nombreuses femmes examinées, cette zone lui semblait disposer d’une capacité érogène plus grande que le reste de la muqueuse vaginale réputée pour sa quasi-insensibilité."

Et voilà. Trente ans plus tard, cette brève communication est montée en épingle, la zone en question devient la “zone de Grafenberg”, puis, pour simplifier, le “point G”, auquel quelques sexologues aux USA vont s’accrocher comme s’ils venaient de franchir une étape décisive dans la compréhension de la sexualité féminine : aucun doute, l’orgasme “vaginal” est autonome, et son point d’ancrage ne se situe qu’au niveau de cette “zone gachette” de la cavité vaginale.

suite...

venezdecouvrir
Les pratiques sexuelles
Le Kamasutra
Le guide des zones érogènes
Réussir son rendez-vous
utile
Le livre de recettes

NewsFam | Tous droits réservés 2003